Le retour des popups

Le grand retour des popups

Les pop-ups, ces fenêtres intempestives qui s’affichent à l’ouverture d’un site, après avoir totalement disparu il y a quelques années, reviennent en force, sous forme de fenêtres modales, tout aussi intrusives que leurs aînées du début du siècle.

Les pop-ups old style

Les pop-ups, ce sont ces fenêtres de navigateur qui s’ouvrent automatiquement, sans aucune action de votre part, lorsque vous visitez un site web. Elles servent généralement à afficher des messages publicitaires et sont aussi vieilles que le javascript lui même. Très utilisées au début du siècle, elles sont rapidement tombées en disgrâce auprès des internautes à cause de leur caractère très (trop) intrusif. Certains sites ouvraient parfois quatre ou cinq fenêtres publicitaires au dessus de votre fenêtre de navigateur, qu’il fallait fermer les une après les autres pour accéder au contenu que vous souhaitiez consulter. Certaines pop-ups lançaient même des sons, voire de la musique.

La fin des pop-ups

Tout le monde s’accordait à dire que les pop-ups c’était le Mal en personne. Elles étaient bien souvent fermées par le visiteur sans même être lue, parfois même avant de s’afficher, modem 56k oblige, et étaient perçue comme agressives, moches, inutiles, ralentissant la navigation, etc. Pour preuve, ces deux pages poussiéreuses de l’époque retrouvées sur le site du Journal du net au sujet des pop-ups et des pop-unders, confirmant que « ce format intrusif est nuisible à l’image de l’annonceur » et que « 3/4 des internautes ferment les pop-ups sans les avoir lues« . Les annuaires de sites ont fini par refuser les pages web utilisant les pop-ups, certaines régies publicitaire également, et quand les bloqueurs de pop-ups sous forme de plugins, puis directement intégrés aux navigateurs, on finalement eu raison de leur existence et c’est tout le web qui s’est senti soulagé ! On s’était enfin débarrassé des pop-ups !

Les pop-ups : l’acte 2

Et voila que depuis quelques temps, les pop-ups commencent à repointer le bout de leur nez sur une multitude de sites et de blogs… Elles ne donnent pas leur vrai nom pour ne pas pâtir de la mauvaise réputation de leurs petites sœurs aînées, elles se font appeler fenêtres modales, lightbox ou bien encore fancybox. Elles affichent un peu moins de pub et un peu plus de demande d’adresse e-mail, elles sont un peu mieux intégrées au design du site, mais le sentiment négatif qu’elles renvoient reste le même.
Quoi de plus désagréable lorsque vous arrivez sur une page web, sur un site que vous ne connaissez pas encore, que de vous faire agresser d’entrée de jeu par une fenêtre modale qui vous demande de liker une page que vous n’avez même pas pu consulter ou de vous abonner à la newsletter d’un site que vous n’avez pas encore eu le temps de découvrir ?
Personnellement, ma réaction face à ce genre de technique « marketing » est de plus en plus radicale. J’ai de plus en plus souvent le réflexe de revenir en arrière pour trouver l’info que je recherche sur un autre site plus « user friendly« . Quand on sait depuis 20 ans qu’il faut réduire au minimum le nombre de clics entre l’internaute et l’information qu’il recherche sur un site, perdre bêtement un clic d’entrée de jeu c’est tout bonnement une hérésie.

Quelques exemples de fenêtres modales :

Exemple de fenêtre modale

Exemple de fenêtre modale

Exemple de pop up

Exemple de pop up

Je pense ne pas être le seul à détester les pop-ups, pour preuve, le très bon Tumblr participatif Jamais le premier soir (j’adore le titre qui est très bien trouvé) qui répertorie les fenêtres modales trouvées sur divers sites.

Bref, un peu comme pour les parasite, on a mis un temps fou à s’en débarrasser, et une fois qu’on pensait en avoir terminé, les pop-ups sont revenues nous infester plus fortes que jamais !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *